En France, les sels de nicotine sont présents dans de nombreux e-liquides. S’agit-il d’une véritable innovation dans un marché de vape en constante évolution ? Les liquides de sels de nicotine constituent à la fois un problème marginal et important. Et de nos jours, l’on constate que beaucoup de gens parlent de ces produits, même ceux qui ne sont pas concernés directement par ce sujet. Certes, le sel de nicotine est la tendance actuelle, mais pourquoi faut-il être tout de même prudent ? Dans cet article, l’on essaie de faire le point sur les risques possibles de son utilisation, les défauts de cette innovation et l’avenir de ce produit.

Un bref rappel sur le sel de nicotine

Avant de parler des défauts de cette innovation et des risques engendrés par l’utilisation de ce produit, on va faire un bref rappel sur le sel de nicotine, la tendance actuelle, une alternative efficace.

Historiquement, c’est l’industriel américain ″ Juul ″ qui a démocratisé l’emploi du sel de nicotine. En 2018, ses pods ou minuscules cigarettes électroniques d’une puissance limitée avec un design élégant similaire à celui d’une clé USB ont été lancés sur le marché français. Cela a amené les fabricants d’e-liquide à s’intéresser davantage à cette alternative. Et de nos jours, plusieurs fabricants d’e-liquides utilisent du sel de nicotine, dont Cloud Vapor…

Mais cela n’a rien à voir avec le sel sur la table. Le sel de nicotine ne se compose pas de cristaux et l’expression « sel » est issue de son origine chimique ″ alcaloïde ″. Ce nouveau produit peut faire face aux problèmes de cigarettes électroniques.

Avec un e-liquide qui renferme un sel de nicotine, le hit est plus doux. Cela représente un avantage pour les nouveaux vapoteurs à forte consommation de nicotine. En utilisant ce sel en forme liquide, cette douce sensation atteint le cerveau en quelques secondes seulement. Tandis qu’avec les nicotines traditionnelles, le hit prend une dizaine de minutes.

Certes ce produit est une tendance actuelle. Pourtant, il faut faire attention quand même à sa consommation. Par exemple, il est recommandé d’utiliser les liquides de sels de nicotine avec soin à l’aide des équipements appropriés. Il est également déconseillé d’utiliser ces produits avec des atomiseurs pouvant atteindre une puissance élevée.

L’utilisation de ces produits présente un risque d’absorption d’une quantité élevée de nicotine en raison d’une sensation (hit) plus faible chez les vapoteurs expérimentés. Par conséquent, il est préférable d’utiliser des clearomiseurs conçus pour l’inhalation indirecte, c’est-à-dire avec une puissance supérieure à 1 ohm. Pour certains, le prix d’un flacon de liquide au sel de nicotine par rapport à celui d’un liquide à nicotine basique peut être un frein à son utilisation. En raison de la simple présence d’acides organiques supplémentaires, il est en moyenne deux fois plus cher qu’un e-liquide basique…

Les défauts de cette innovation

Selon les avis des spécialistes, le hit est une étape essentielle du sevrage. Il aide à arrêter de consommer du tabac. Cette sensation caractéristique de cigarettes électroniques est inconsciemment liée à la dépendance à la nicotine. En conséquence, le sevrage sans hit est plus difficile. Les e-liquides de sel de nicotine permettent d’obtenir des doses plus élevées. Et le fait de connaître que la nicotine sous cette forme est également absorbée plus rapidement par l’organisme peut entraîner des situations problématiques. Moins d’inhalation est alors nécessaire pour obtenir votre dose habituelle de nicotine, mais vous devez vous y habituer.

Une vape trop intensive peut provoquer des vertiges. Il est à noter qu’un sel de nicotine réduit le hit et maximise l’effet de la nicotine. Par conséquent, ce produit ne doit pas être utilisé avec des atomiseurs trop puissants pour éviter que le primo-vapoteur ne puisse pas se tromper entre ses envies et ses besoins.

Le coût de production de ce sel, ayant la forme presque identique à la nicotine présente dans la plante à son état naturel, est encore plus élevé. Sa préparation nécessite une étape supplémentaire dans le processus de production et entraîne donc des coûts plus élevés. Par conséquent, le prix final au niveau des consommateurs sera également affecté. Ce qui constitue un obstacle au développement de ce produit chez les producteurs.

Un autre point essentiel est que le sel de nicotine use plus rapidement les mécanismes d’une cigarette électronique. Avec un pH égal à 6, ce sel chimiquement acide attaque les réservoirs et raccourcit également leur durée de vie.

Sels de nicotine : quels sont les risques éventuels?

Selon un expert en nicotine, le sel de nicotine n’est pas nocif pour la santé. Pourtant, les scientifiques s’inquiètent de la présence de benzène dans Juul en raison de la combinaison nicotine/acide benzoïque.

Un autre spécialiste a souligné que le danger potentiel vient de certains acides qui pourraient être utilisés pour extraire les sels de nicotine. Par exemple, les effets à long terme du benzène inhalé qui ne sont pas inconnus aujourd’hui. Sur ce point, le groupe PMI a déjà réalisé des expérimentations animales sur l’inhalation d’acide pyruvique et l’on observe des effets biologiques mineurs.

En raison de la forte teneur en nicotine contenue dans ces e-liquides, ils ne doivent pas être utilisés sur des appareils à très haute puissance, mais à faible puissance ou à résistance élevée pour éviter les ″ shoots violents de nicotine ». Au pire, cela peut provoquer des vomissements.

En l’absence de hit, vous pouvez inhaler la bouffée à plusieurs reprises sans ressentir cette sensation caractéristique. Il ne faut pas oublier que cela remonte rapidement à la tête, le risque est le potentiel de dépendance plus fort.

Bien que l’on continue de parler de ce nouveau produit, les données ou informations fournies aux consommateurs restent encore insuffisantes. Un célèbre professeur effectuera des études pour savoir si les sels de nicotine peuvent arrêter facilement certains fumeurs de fumer qu’avec la vape traditionnelle.

Des zones d’ombres à éclaircir

Certains points concernant le sel de nicotine n’ont pas été éclaircis. Et les consommateurs ont le droit de demander leur éclaircissement avant de se lancer dans la consommation du produit.

Par conséquent, la première zone d’ombre concerne le produit utilisé pour la fabrication de ce sel. Dans ce sens, des tests qui prouvent l’innocuité de son processus de production constituent une étape logique pour chaque fabricant.

La deuxième zone d’ombres concerne l’information fournie aux consommateurs. Il sera bientôt important d’informer les utilisateurs sur leur consommation et la quantité à consommer pour éviter les éventuels dangers sur un utilisateur distrait.

Le sel de nicotine : est-ce vraiment une solution pour l’avenir?

À vrai dire, le marché des e-liquides de sel de nicotine est en pleine croissance. Cependant, le thème concernant ce mélange de nicotine obtenu à partir de la feuille de tabac combinée avec à un acide organique présente des points flous notamment son utilisation et ses répercussions au fil du temps. Les statistiques ou les recherches poussées sur ces sujets sont encore rares.

À propos de sa consommation, de nos jours, l’on constate que la demande sur le marché dépasse l’offre. Ce nouveau produit peut simplifier l’univers des cigarettes électroniques et les rendre accessibles pour un plus grand nombre de personnes. Sur le plan éthique, cela peut être un problème pour la jeune génération, qui s’intéresse à ces conceptions sophistiquées et à cette manière simple de consommer.

Dans un marché de plus en plus concurrentiel, le sel de nicotine doit-il être considéré comme un nouvel outil, qui élargit davantage la possibilité d’arrêter de fumer.