Cela fait plusieurs jours que le sujet de la cigarette électronique fait polémique auprès des médias. L’article qu’a récemment sortit le journal New York Times n’a pas arrangé les choses en laissant entendre que chaque quantité d’e-liquide est susceptible d’entraîner de graves convulsions si celle-ci est absorbée par la peau. La même source d’information indique d’autres effets de ce fameux liquide dans les e-cigarettes comme l’entraînement de vomissement. L’article va même jusqu’à dire que l’e-liquide peut entraîner la mort dans une certaine mesure.

Pour répondre à cet article qu’il juge non-fondé, Gérard Mathern, un fervent défenseur des cigarettes électroniques et spécialiste en pneumologie et tabac, s’est rendu au salon Vapexo qui a eu lieu à Bordeaux le mois de Mars dernier en disant qu’aucune preuve scientifique ne soutient les propos de cet article qui a semé tant de paniques auprès des consommateurs particuliers. Il n’a pas hésité à communiquer son avis en tant qu’expert en tabacologie.

Quand Gérard Mathern se rend du côté de la cigarette électronique

D’après Gérard Mathern, les e-liquides n’ont rien d’une menace pour la santé que ce soit pour les vapoteurs ou leurs entourages. Même si cette idée est fortement contredite par bon nombre de médias américains et français, le pneumologue rassure le grand public en rappelant que la plupart des cas d’intoxication de mineur causés par l’e-liquide est due aux négligences des parents et des adultes laissant traîner ce produit à la portée de leurs enfants. C’est comme ingurgiter de la javel qui est un produit tout à fait anodin, dit-il.

Pour calmer la panique qui a pris de l’ampleur ces derniers temps, Mathern a fait mention de la composition de l’e-liquide qui est constituée de 2% d’alcool, de 15% de glycérine et 80% de propylène mais aussi d’arômes alimentaires naturels/artificiels. Il n’a bien évidemment pas nié la présence de nicotine dans certains produits. Devrait-on s’inquiéter pour ce dernier petit détail ? Non, puisque les flacons de cigarette électronique sont dotés d’un système de bouchon bien sécurisé, ajoute-t-il. Cela permettrait de protéger les enfants de bas âge.

La présence de propylène de glycol n’est-elle pas inquiétante ?

Selon toujours Gérard Mathern, le propylène de glycol est une substance des plus ordinaires car on en trouve un peu partout, que ce soit dans les produits cosmétiques ou bien dans les articles destinés à l’agroalimentaire. Il a néanmoins admis que cette substance peut être nocive à partir d’une certaine dose, ce qui n’est pas le cas de l’e-liquide que contient la cigarette électronique. Devant toutes ces révélations divergentes, il convient à chacun de voir s’il va consommer de l’e-cigarette ou pas.