La molécule cannabidiol a contribué à la préparation de divers traitements médicinaux. S’il y a quelques années, on consomme la marijuana pour planer, on utilise de nos jours la plante de cannabis pour vapoter. Le CBD est un produit toléré sous certaines formes. Le liquide CBD s’obtient en infusant la substance avec du chanvre indien. Durant sa préparation, on chauffe l’herbe, on le mélange avec du PG/VG. On obtient au final une substance vaporisable à base de cannabinoïdes comme du CBD, THC… ainsi que des terpènes. Quelles sont les principales différences entre le THC et le CBD ? Découvrez des réponses sur ce sujet à travers cet article.

Différences entre CBD et THC

Il existe plusieurs catégories d’e-liquide qui varient selon le niveau de concentration du cannabinoïde. Les 2 catégories de liquide au cannabis les plus populaires sont le cannabidiol, un produit légal et le tétrahydrocannabinol, une matière illégale. Le THC et le CBD font partie des nombres composés chimiques du cannabis. Ces éléments interagissent avec les récepteurs cannabinoïdes propres au système andocannabinoïde. Toutefois, les effets de ces cannabinoïdes sur l’organisme sont différents.

Le THC est le plus célèbre de ces 2 molécules. Il s’agit du principal élément psychoactif du cannabis. Il provoque l’effet euphorisant. C’est grâce à sa présence que les consommateurs deviennent drogués. Les fumeurs et vapoteurs bénéficient des effets de l’anandamide. Ce neurotransmetteur cannabinoïde naturel module l’appétit, le sommeil ainsi que la perception de la douleur. Il y a quelques années, les effets du CBD étaient peu connus. De récentes recherches ont permis de découvrir ses propriétés médicinales. On utilise plus le CBD que le THC dans les préparations des traitements.

Le THC interagit avec les récepteurs CB1 et CB2. En tant que psychoaffectif, il agit au niveau du système nerveux central. Le CBD est un produit non psychoaffectif, son action se situe sur les récepteurs d’adénosine. Son assimilation interagit au niveau du cerveau et du cœur. Il fait augmenter la circulation sanguine. Le cannabinoïde a une influence sur la sérotonine. Ce neurotransmetteur atténue la douleur. Si le THC engendre un état d’euphorie, le CBD se limite à une sensation de bien-être. Certaines personnes peuvent ressentir une légère somnolence. Contrairement au THC, l’autre produit n’a pas pour séquelle la diminution des performances psychomotrices.

Quels sont les effets du THC chez les consommateurs ?

Le THC est une matière qui altère directement l’humeur. En inhalant ce produit lors du vapotage, on ressent un sentiment d’euphorie. Cette impression se caractérise par la sensation d’être défoncé ou de planer grâce à l’effet high. Parmi les principaux effets du THC figurent la désinhibition, la détérioration de la mémoire à court terme. Ce produit accélère chez les schizophrènes l’apparition de troubles psychotiques. De nombreux consommateurs affirment avoir souffert d’assèchement buccal et de tachycardie liée à l’usage du produit. Autres effets indésirables, les personnes qui assimilent de fortes doses souffrent d’hallucination et font des crises d’anxiété.

On peut reconnaître un consommateur de la substance en observant ses yeux. La dilatation des pupilles fait partie des symptômes visibles des drogués. Ce produit a aussi tendance à donner de l’appétit. L’élément euphorisant représente un danger aux personnes qui le consomment. Il affecte grandement la faculté à réfléchir, l’attention, la capacité à travailler, à conduire, à prendre des décisions. Les effets indésirables du THC se manifestent par l’altération neurologique qui peut provoquer des comportements à risque. Les adolescents qui en prennent risquent des altérations neurologiques irréversibles. Cette drogue addictive peut provoquer certaines maladies psychotiques. Certaines personnes sont susceptibles de souffrir de la schizophrénie.

Vertus thérapeutiques des cannabinoïdes

Les études sur les effets du cannabis sont limitées. Les impacts de nombreux composants de la drogue sont méconnus. C’est pourquoi les travaux des chercheurs se focalisent sur certains cannabinoïdes. Il n’y a que les vertus thérapeutiques du cannabidiol et du tétrahydrocannabidiol qui ont été étudiées de manière approfondie. Certaines personnes atteintes de douleurs chroniques choisissent comme soin l’automédication en consommant délibérément du cannabis. Pourtant, trop peu d’études réalisées sur les humains permettent d’affirmer que les cannabinoïdes soulagent efficacement les douleurs chroniques.

Des recherches ont prouvé que la douleur chronique provenant de lésions nerveuses ainsi que certaines maladies peut être soulagée par le cannabis fumé sous forme de cigarettes de marijuana ou en vapotage. Ces maladies peuvent également être soignées par un traitement légal contenant du THC appelé dronabinol. La grande majorité des recherches se base sur des déclarations subjectives qui limitent la validité des résultats. Il n’y a pas suffisamment d’essais cliniques contrôlés pour déterminer que le cannabis représente un traitement efficace contre la douleur. Il existe une autre étude qui consiste à combiner plusieurs remèdes tels qu’un traitement expérimental contenant un mélange de cannabinoïde et de médicaments courants comme de l’aspirine. La combinaison a pour effet d’annuler la douleur liée aux terminaisons nerveuses.

Cette pratique limite les effets secondaires en réduisant l’utilisation des traitements mélangés. De plus, les patients soignés peuvent être plus réceptifs à certains éléments du mélange. Cette étude a été réalisée sur les animaux et pas encore sur les humains. L’efficacité thérapeutique du cannabis pour guérir les crises d’épilepsie est pour le moment étudiée sur les rongeurs. Pour comprendre les vertus thérapeutiques du cannabis, il faut entreprendre des études solides.

Quels sont les composés chimiques du cannabis ?

Le cannabis contient plus de 500 substances différentes. Le cannabidiol et le tétrahydrocannabidiol font partie de ces composés chimiques. Ces 2 éléments sont des molécules isomères. Cela signifie que leurs formules brutes sont identiques : C21H30O2. Comme c’est le cas pour toutes les plantes, la marijuana dégage également des odeurs. Son rôle consiste à attirer les insectes pollinisateurs et se protéger des prédateurs. L’odeur dépend des espèces et devient plus forte au cours des floraisons. Pour produire leurs parfums, les plantes disposent des composés volatils appelés terpènes. Les variétés de cannabis possèdent chacun entre 5 à 6 terpènes principaux ainsi que des dizaines ou centaines de terpènes minoritaires. Ils sont difficiles à quantifier vu leur nombre élevé. Cette drogue peut dégager des notes olfactives similaires à d’autres plantes puisque leurs terpènes se retrouvent aussi dans le citronnier, le basilique ou le pin.

Huile CBD et ses bienfaits sur l’organisme

L’huile de CBD permet à l’organisme de se rééquilibrer et se réguler. Sa consommation permet de réduire la douleur et d’équilibrer le pH du sang. On l’utilise pour réguler l’humeur, la mémoire, le système immunitaire, le niveau d’énergie et l’appétit. Cette substance paraît bénéfique pour soulager les inflammations, certains troubles, douleurs ou maladies qui déséquilibrent l’organisme. Selon un rapport de l’OMS, le cannabidiol présente plusieurs propriétés : anti-inflammatoires, antibactériennes, vertus apaisantes, anxiolytique, antidépresseur/tumorale/épileptique/convulsivant, neuroprotection, antioxydant.

Contenu dans l’huile de CBD, le cannabidiol soigne divers troubles liés à l’épilepsie. Les troubles mentaux, la neurodégénérescence ou les lésions neuronales sont des exemples de ses effets secondaires. Cette substance produisant un effet antipsychotique peut soigner la schizophrénie. Le cannabidiol réduit l’anxiété chez les patients souffrant de troubles anxieux tels que la phobie sociale. Selon les résultats des chercheurs, il réduit les symptômes d’anxiété comme les dépressions, anxiété généralisée, les crises de panique, les TOC, stress post-traumatique. Une recherche clinique a permis de démontrer que le cannabidiol soulage les inflammations du pancréas. Cela réduit le diabète de type 1. Cette substance limite également contre la colite ulcéreuse, l’Alzheimer ou la maladie de Crohn.