L’huile de CBD fait référence aux extraits médicinaux de plantes cannabinoïdes. Le CBD est l’un des principes actifs les plus répandus du cannabis (marijuana). L’huile de CBD est le composant essentiel de la marijuana médicinale, dérivée directement de la plante de chanvre, qui est comme un proche cousin de la plante de marijuana. Le tétrahydrocannabinol (THC) est le principal cannabinoïde psychoactif présent dans le cannabis. Le THC donne lieu à la sensation de « défonce » qui est souvent associée à la marijuana. La qualité du CBD, qui ne donne pas de sensation de « high », en fait une option attrayante et intéressante pour les personnes qui cherchent à soulager toutes sortes de douleurs et d’autres symptômes sans les effets négatifs de la marijuana sur l’esprit.  

Le CBD est utilisé pour une variété de problèmes médicaux comme l’anxiété et la dépression, l’épilepsie, les symptômes liés au cancer, l’acné, les problèmes cardiaques, le diabète et différents types de douleur. Les preuves scientifiques les plus solides suggèrent que le CBD est le plus efficace pour traiter les douleurs courantes à tout âge. Le CBD soulagerait différents types de douleurs, comme les douleurs nociceptives, les douleurs neuropathiques et les douleurs centrales. Il est essentiel de savoir quels cannabinoïdes peuvent avoir un effet. Les différents types de douleur qu’il peut soulager relèvent de trois grandes catégories. Il s’agit des catégories suivantes :

  • Douleurs nociceptives
  • Douleurs neuropathiques
  • Douleurs centrales

Comment le cannabis agit-il sur ces différents types de douleur ?

Le cannabis et les douleurs nociceptives

La douleur nociceptive est le résultat d’une lésion des tissus. Elle se caractérise par une douleur lancinante et aiguë suivie d’une blessure physique. Les cellules endommagées libèrent les substances chimiques et les protéines nécessaires pour activer les récepteurs qui agissent sur les nerfs qui remontent jusqu’à la moelle épinière et au cerveau, provoquant des sensations de douleur. Afin de conserver l’effet antidouleur et de réduire le risque de tolérance, les produits équilibrés en THC et en CBD sont bons pour un traitement antidouleur à long terme. La douleur nociceptive est généralement réduite par les signaux de la douleur sur le site de la blessure physique en bloquant les signaux qui sont déclenchés par le cerveau. Une autre façon de réduire l’effet de la douleur est d’amortir les signaux de douleur jusqu’à la moelle épinière. Le cannabis utilise ces deux procédés pour réduire les signaux de douleur.

Cannabis et douleur neuropathique

La douleur neuropathique est très différente de la douleur nociceptive, qui résulte d’une atteinte du système nerveux. Il est assez courant de souffrir de cette douleur. Des études récentes ont montré qu’au moins 7 à 10 % de la population souffre de cette douleur résultant d’une blessure violente, d’un coup de couteau ou d’un pincement qui endommage les nerfs. Cette maladie est assez fréquente chez les patients qui souffrent de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, du VIH, du diabète et du zona, pour n’en citer que quelques-uns. La chimiothérapie est également souvent à l’origine de douleurs neuropathiques, car ce processus détruit de nombreux types de cellules dans l’organisme.

La suractivation des récepteurs CBI par le THC peut finalement affaiblir l’effet de la douleur. Par conséquent, le cannabis CBD et THC est plus efficace à long terme.

La douleur neuropathique est assez difficile à traiter car elle ne résulte pas d’une inflammation qui peut être ciblée efficacement par des médicaments anti-inflammatoires comme l’ibuprofène. Le cannabis s’avère être un traitement très prometteur, tant pour les cancers que pour les traitements non cancéreux. Par exemple, la sciatique est un exemple de douleur non liée à la chimiothérapie où l’on est confronté à des centimètres dans les nerfs sciatiques dans le bas du dos et le long des jambes. Dans la sciatique, il y a une augmentation des récepteurs CBI qui s’activent pour réduire la douleur. Le bénéfice commun de l’activation des récepteurs CBI dans les types de douleur neuropathique, qu’ils soient chimiothérapeutiques ou non, suggère que le cannabis peut traiter efficacement la douleur neuropathique en affaiblissant la force des signaux de douleur dans la moelle épinière.

Cannabis et douleur centrale

La douleur centrale est le terme générique pour tous les types de douleur qui découlent d’un dysfonctionnement du système nerveux. La douleur centrale résulte d’une blessure ou parfois d’une cause inconnue. Il est assez difficile de traiter ces types de douleur. La fibromyalgie est un exemple classique de douleur centrale. Une étude récente a montré que le cannabis apporte un soulagement indispensable aux personnes atteintes de fibromyalgie. 

Risques et effets secondaires associés au CBD

L’utilisation du CBD peut également entraîner certains effets secondaires indésirables pour ses utilisateurs. Il s’agit notamment de :

  • Problèmes respiratoires
  • Dépendance et symptômes de sevrage
  • Etourdissements
  • Dépendance qui apparaît chez près de 9 % des personnes qui en consomment à l’âge adulte
  • Altération du temps de réaction
  • Perte de concentration
  • Problèmes de mémoire
  • Cœur rapide rare
  • Interactions avec d’autres médicaments

Le CBD est-il détecté dans un test de dépistage de drogues ?

Il est très peu probable que le CBD soit détecté lors d’un test de dépistage de drogues. Si vous devez passer un test de dépistage de drogues pour un emploi, un visa, un examen sportif ou pour toute autre raison, il y a peu de chances que le CBD soit détecté lors du test. Le CBD contient du THC comme ingrédient actif. Un test de dépistage de drogues peut tracer ou détecter la présence de métabolites du THC pour détecter la consommation de CBD. Cependant, le CBD est un produit chimique, et si vous l’ingérez, le corps le métabolise, de sorte que de faibles chances de détection sont possibles.

L’huile de CBD est un produit populaire que nous utilisons pour un nombre varié de problèmes médicaux comme le traitement de l’anxiété, la promotion du sommeil, le contrôle de la douleur, le traitement de l’épilepsie, etc. Cependant, avec l’essor du CBD, la crainte d’échouer à un test de dépistage de drogues devient assez populaire. En fait, les tendances récentes ont montré que des athlètes célèbres et des employés de grandes entreprises échouent à des tests de dépistage de drogues en raison de la présence de THC. Cet ingrédient psychoactif est un forum composant majeur dans la plupart des produits CBD, en particulier l’huile CBD qui prétend être sans THC.

Dans un test de dépistage de drogues, la substance chimique active de la marijuana est détectée comme positive dans le dépistage du THC. La source est généralement l’huile de CBD, et d’autres produits de CBD, qui contiennent des traces de THC.

Pour quelles raisons les utilisateurs de CBD peuvent-ils être positifs au test de dépistage des drogues ?

Il y a plusieurs raisons qui font qu’une personne échoue au test de dépistage de drogues, en raison de l’utilisation du CBD. Ces raisons sont les suivantes

Le CBD utilise le THC

La raison la plus fréquente de l’échec d’un test de dépistage de drogues est que les produits à base de CBD contiennent des traces de THC qui se métabolisent dans le corps et apparaissent dans les résultats du dépistage de drogues.

Étiquetage erroné des produits à base de CBD

L’huile de CBD, qui est extraite de l’huile de chanvre, n’est pas censée contenir plus de 3 % de THC. Cependant, il est assez fréquent que les vendeurs étiquettent faussement les produits comme étant sans THC, alors qu’ils contiennent parfois plus de 3 % de THC. En fait, une étude récente a découvert un produit à base de CBD contenant 70 % de THC qui était faussement étiqueté comme étant sans THC.

Comment éviter un test positif de dépistage de drogues au CBD ?

Pour éviter un test positif lors d’un dépistage de drogues au CBD, vous pouvez prendre les mesures suivantes : Assurez-vous, par une recherche complète, que le produit CBD que vous utilisez est totalement pur et n’est pas mal étiqueté. Évitez de vous exposer à la marijuana de seconde main, par exemple en étant présent dans un fumoir, ce qui vous expose fortement au THC, sur vos cheveux et vos mains. Renseignez-vous sur les techniques de traitement des produits et sur les possibilités de contamination croisée.