A l’issue d’une étude sur l’efficacité de la cigarette électronique face au sevrage tabagique, une unité de chercheurs issue de l’UCSF ou Université de Californie à San Francisco a fait savoir en public que les e-cigarettes ne servent pas à grand-chose aux dépendants pour arrêter de fumer.

Les statistiques ne sont pas toujours fiables !

D’après les statistiques concernant une enquête sur 949 accros aux cigarettes dont 88 avaient essayé la méthode e-cigarette. Seulement voilà, le taux de réussite de ceux qui ont tenté leur chance avec la cigarette électronique ne diffère pas, voire inférieur, du taux de cessation tabagique de ceux qui ont opté pour d’autre méthode. A priori donc, selon ces chercheurs de l’UCSF, le traitement de vaporisateur personnel n’est pas plus efficace que d’autre, après un an de test.

En réexaminant de plus près les résultats de cette étude et les conditions d’état d’esprit des candidats fumeurs dont il est question, le Dr Michael Siegel, un membre actif de l’Ecole Universitaire de Santé Publique de Boston, en est arrivé à une toute autre conclusion qui a fait basculé l’affaire dans un tout autre sens. Selon lui, le bienfondé de l’étude est à reconsidérer car la plupart de ces utilisateurs de cigarette électronique n’étaient pas vraiment décidé à arrêter de fumer. Siegel ajoute que seul 39,8% de ces sujets de sondage avaient la ferme attention de dire adieu au tabac au cours des 6 premiers mois. La tentative d’arrêter de fumer n’était pas là, appréhende-t-il. Ce qui fausse le résultat de la statistique.

Un renversement de situation peu attendu !

Alors que tout le monde ou presque avait cru aux révélations de cette étude menée par l’UCSF, le Dr Siegel a réussi à renverser complètement la situation. Il est maintenant prouvé que ces chercheurs ont tout simplement fermé les yeux sur certains facteurs déterminants dans l’issue de leur « étude ». Selon lui, ils ont agi par pur intérêt et ont profité de la situation pour justifier leur cause.

Siegel et bien d’autre défenseur de la cigarette électronique en sont convaincu, il s’agit là d’une tentative délibérée et abusive pour tromper les gens sur le potentiel de sevrage tabagique des ecigs sur les dépendants. Il a précisé que 92% de ces individus, parmi les 88, n’ont jamais eu l’attention d’arrêter de fumer. A la fin, il a qualifié le comportement des chercheurs de l’UCSF de « totalement stupide ». Cette révélation risque en tout cas de semer davantage la polémique auprès des deux clans.