Les amateurs de la cigarette électronique connaissent surement Marisol Touraine (Ministre de la santé en France). Autrefois connu de tous contre l’e-cigarette, actuellement elle exprime un avis favorable. On peut dire que c’est déjà un grand pas en avant qui pourrait influencer convenablement les autorités sur leur prochaine décision. L’avenir de l’e-cig en dépend. Après une bonne documentation, qui ne changerait pas d’avis et reconnaître les avantages de ce produit ?

L’e-cig et le tabac

Il arrive parfois qu’une personne confonde la cigarette électronique avec le tabac. Pour quelqu’un qui ne connait pas encore le produit, la similitude parait, en effet flagrante. Mais pour éclaircir les choses, l’e-cig n’est plus du tabagisme. Quelques différences évidentes : Vapoter ne signifie en aucun cas fumer, on chauffe l’appareil pour produire de la vapeur donc il n’y a pas d’exposition à la fumée. De plus, l’e-cigarette n’entraîne pas une dépendance et ne contient pas d’ingrédients toxiques. Il est possible de prendre une réelle satisfaction à vapoter des arômes différents. La liste n’est pas exhaustive, plusieurs points justifient le point que l’e-cigarette n’est pas classée comme étant un tabac, loin de là c’est l’une des alternatives pour arrêter son addiction.

Ce n’est pas non plus un médicament 

Il est difficile de classer dans quelle catégorie doit-on mettre l’e-cig. En effet, ce produit n’est pas non plus un médicament comme le prétend une grande majorité de personnes. Il est possible de vapoter sans ordonnance et il est vrai que les médecins sont favorables  à leur utilisation mais aucune analyse ne justifie qu’elle doit être classée comme médicament. C’est donc un produit quelconque, qui fait le bonheur des vapoteurs. Mais vu que c’est un tout nouveau produit, et qui a retenu l’intention de tous, il est important de se pencher sur le sujet. Bref, la rigidité des organismes politiques pourrait alors changer et donner libre cours à l’e-cig qui contrairement à ce que l’on pense n’impacte pas sur la santé de l’utilisateur.

Une négociation sur son avenir

Un terrain d’entente, c’est ce que les amateurs du vapotage attendent des autorités. Bannir la cigarette électronique sur le marché n’entraînera rien de positif sur nos vapoteurs invétérés. Eh oui, une situation engendre une autre et dans cette optique ce sera l’incitation au retour au tabagisme. Au lieu de supprimer l’existence de l’e-cig, pourquoi ne pas réguler sa commercialisation ? Comme ça, tout le monde est gagnant !