16,80 euros par paquet

L’Australie est une destination de nostalgie pour de nombreux Allemands. Mais c’est l’inverse : pour les fumeurs australiens au moins, l’Allemagne est un paradis pour les bonnes affaires. À 16,80 euros, le pack Down Under est plus cher que partout ailleurs. Et ce n’est pas la fin de l’histoire.

En mai, DEEP Lama a enfin cessé de fumer, après 26 ans. À cause de sa santé, mais aussi parce que cela lui a coûté trop cher à un moment donné. « La dernière fois, j’ai dépensé 250 dollars australiens par mois en cigarettes », déclare cette femme de 42 ans, originaire de Canberra, la capitale australienne. Cela se traduit par environ 156 euros. Vous pouvez faire de meilleures choses avec cet argent, surtout lorsque vous avez deux enfants.

Si le gouvernement et les organismes de surveillance de la santé font ce qu’ils veulent, de nombreux lamas australiens leur emboîteront le pas. Ce samedi, le prix des cigarettes augmente déjà à nouveau sur le cinquième continent. Le paquet de 20 coûtera alors environ 27 dollars australiens (environ 16,80 euros). Pour un paquet XL de 30 tiges, il faut même payer près de 40 dollars.

Selon un aperçu global du magazine The Economist, les cigarettes sont plus chères ici que partout ailleurs dans le monde. À titre de comparaison : en Allemagne, selon les informations de l’association des cigarettes, le paquet de 20 cigarettes coûte actuellement en moyenne 6,40 euros. C’est déjà deux fois plus qu’il y a 15 ans – mais pour les fumeurs australiens, cela ressemble encore à un paradis d’affaires.

Au plus tard depuis le début de la décennie, les gouvernements de gauche et de droite tentent de dissuader les gens de fumer par des taxes toujours plus élevées. Actuellement – et au moins jusqu’en 2020 – le prix augmente de 12,5 % chaque année. Dans le cas du pack de 20, cela signifie trois dollars de plus.

Cette politique fait suite à une recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui estime que les taxes sur le tabac « sont de loin le moyen le plus efficace d’encourager les fumeurs à arrêter de fumer et de décourager les enfants de commencer à fumer ».

Cependant, cette appréciation n’est pas partagée par tous. L’expert en santé PRAMOD Sharma, de l’université de technologie de Sydney, déclare : « L’augmentation de la taxe sur le tabac est une stratégie importante et efficace. Mais le fait que les gens arrêtent ou non de fumer dépend d’autres facteurs ».

En fait, selon une étude de l’université de l’État de Nouvelle-Galles du Sud, le nombre de fumeurs en Australie n’a pas diminué autant qu’on l’espérait. Au début des années 1990, près de 24 % de la population adulte y fumait. En 2016, ce chiffre était encore de 15,6 % – un chiffre similaire à celui des autres pays industrialisés. En Nouvelle-Galles du Sud, ce nombre a même encore légèrement augmenté.

Le professeur d’université Colin MENDELSOHN déclare : « Il est évident qu’il y a beaucoup de fumeurs qui sont tellement dépendants qu’ils continueront à fumer – quel qu’en soit le prix ». Quoi qu’il en soit, pour l’État, des impôts plus élevés signifient plus d’argent. L’année dernière, le Trésor australien a levé près de 7,8 milliards d’euros grâce aux taxes sur les produits du tabac. D’ici 2020, il devrait être de 10,6 milliards. En conséquence, le marché noir a également gagné en importance.

Ici aussi, les fumeurs sont dissuadés par d’autres moyens. En 2012, l’Australie a été le premier pays au monde à introduire des emballages standards vert boue pour toutes les marques, sur lesquels des images choc avertissent des dangers. En outre, les cigarettes ne peuvent être vendues que dans des magasins agréés et en aucun cas à des mineurs.

Naturellement, l’augmentation des prix n’est pas bien accueillie par les fumeurs eux-mêmes – même si beaucoup sont conscients de leur vice. Une cliente de supermarché à Canberra, Alice Lily, déclare : « Je suis furieuse contre le gouvernement. Je vis de l’aide sociale pendant la moitié de l’année et le gouvernement en prend la plus grande partie tout de suite avec la taxe sur la décharge ».

Le professeur MENDELSOHN craint également que le prix élevé des cigarettes n’augmente encore le déséquilibre social. « Cela ne signifie pas automatiquement que les gens vont arrêter. Nous devons les aider davantage s’ils veulent arrêter, et pas seulement les punir ».

Vous trouverez des nouvelles intéressantes et d’autres articles sur le monde de la médecine pulmonaire dans notre blog sur la pneumologie.